Expositions passées

2017 – Les Découvreurs du Pacifique à la fin du XVIIIème

Pour faire suite à l’exposition Fleuriot de Langle et l’expédition Lapérouse de 2016, l’AAMM a décidé d’en conserver les éléments en « élargissant » le thème pour la saison 2017 à deux autres grands précurseurs de la même époque : le Français Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811) qui entreprit son voyage autour du monde en 1766, et le Britannique James Cook (1728-1779), qui lança sa première expédition en 1768.

Affiche exposition
Les Découvreurs du Pacifique à la fin du XVIIIème

Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811)

2016 – Fleuriot de Langle et l’expédition Lapérouse

Pour 2016, deux raisons ont présidé au choix de ce thème : naturellement son caractère maritime, mais surtout l’opportunité de faire connaître et rendre hommage à Paul Antoine Fleuriot de Langle, né tout près d’ici, à Quemper-Guézennec, en 1744. Aristocrate breton, chevalier, académicien, c’était un scientifique et navigateur d’exception. Second de Lapérouse dont il partagea l’amitié et le tragique destin, il commandait  l’Astrolabe lors de l’expédition tant voulue par Louis XVI. Il fut massacré en 1787 par des aborigènes des Iles Samoa. Cette exposition est produite par l’association Art, Culture et Patrimoine de Bretagne, magistralement réalisée par son président Michel Morel, et présentée par l’AAMM.

Affiche exposition
Fleuriot de Langle et l’Expédition Lapérouse

Maquette de L’Astrolabe
Réalisation Michel Morel

2015 – Paimpol, un port dans la ville – Histoire, évolution et regards d’Artistes

Le succès rencontré par cette exposition a amené l’association à la reconduire cette année 2015. Afin de justifier cette reprise, à l’intention des visiteurs de la première édition, celle-ci a été augmentée d’une très belle collection d’œuvres rassemblant sur le même thème dessins, peintures et photographies, expressions de regards d’artistes parmi lesquels Louis-Marie Faudacq, Étienne Bouillé, Charles Lapicque, Paul Émile Pajot, Lucien Seevagen, Emma Herland, Robert Le Parmentier…, provenant pour l’essentiel de collections privées.

Pour en savoir plus sur 2014/15 : Un port dans la ville, Histoire et évolution, Au fil du temps.

Affiche exposition
Paimpol, un port dans la ville
Histoire, évolution et regards d’Artistes

Dessin de Jean Marie Faudacq (1840 – 1916)
Regards d’Artistes

2014 – Paimpol, un port dans la ville – Histoire et évolution

 Ni historiens, ni géographes professionnels, les Amis du Musée de la Mer ont tout de même voulu, pour leur exposition temporaire 2014, évoquer l’évolution du port de Paimpol au cœur de la cité. Depuis sa naissance jusqu’à son aspect actuel, ses transformations successives racontent l’histoire des hommes qui l’ont modelé au cours des siècles, au fil de leurs entreprises et de leurs contraintes, heur et malheur, avec une constante : leur vocation maritime collective. Iconographie, documents, objets, maquettes illustrent abondamment cette aventure.

Affiche exposition
Paimpol, un port dans la ville
Histoire et évolution

Entrée exposition
Histoire et évolution

2013 – Foi de marins – les chapelles en mer et la mer dans nos chapelles

Pour cette année 2013, le Musée municipal de la Mer de Paimpol présente sa nouvelle exposition intitulée « Foi de marins, des chapelles en mer et la mer dans nos chapelles ». Intimement liée à l’histoire de Paimpol, l’exposition retrace les pratiques religieuses sur terre mais aussi sur mer et nous invite à découvrir ces lieux de culte souvent méconnus. Des chapelles embarquées sur les plus beaux paquebots à celles enracinées sur nos terres de marins, ces lieux de foi se font écho dans cet élément qui les rapproche : la mer !

                                            Jean-Yves De Chaisemartin, Maire de Paimpol.

Affiche exposition
Foi de marins – les chapelles en mer et la mer dans nos chapelles

Les chapelles en mer

2012 – Les Peintres de la Marine

L’AAMM comptant l’un d’entre eux, Guy L’Hostis, parmi ses membres, on comprend que ces derniers aient voulu  rassembler quelques Peintres officiels de la Marine en activité pour cette exposition temporaire 2012. Ce fut fait, avec l’agréable surprise de réunir et pouvoir présenter pendant six mois  des œuvres de 23 de ces artistes au statut spécial. Le Musée national de la Marine acceptait même d’y joindre, en prêt, un tableau de Théodore Gudin, nommé lors de la création de fait de cet « ordre », sous Louis-Philippe, en 1830.

Affiche exposition
Les Peintres de la Marine

Les peintres exposants

2011 – Mer & BD

Cette exposition « modulable » a voyagé de la province de Liège en Belgique, partenaire (une référence !), à Paimpol en passant par Saint-Brieuc et Penmarc’h, présentée différemment suivant les lieux d’accueil. C’est avec l’association BDZH, sous la houlette d’Alain Goutal, commissaire, que l’AAMM a accroché ici les œuvres de quelques quarante dessinateurs illustrateurs où il est question d’aventures, d’histoires, de mystères marins. Outre Bourgeon, J-B Monge, Courtois, Chasseboeuf…, les visiteurs ont pu entre autres admirer des planches issues du célébrissime « Blake et Mortimer.

Pour en savoir plus sur 2011 :  Mer et BD par Le Voyage, L’ Aventure et L’Histoire

Affiche exposition
Mer & BD

Patrice Pellerin

Père du fameux « L’Epervier »

2010 – Gents de mer – Œuvres de Mathurin Méheut

Membre de l’Académie et Peintre officiel de Marine, plasticien décorateur émérite, peintre naturaliste, animalier…, Mathurin Méheut (1882-1958) fut un passionné du monde de la mer auquel il consacra de multiples facettes de son art. Avec l’aimable participation du Musée de Lamballe, du Musée de la Faïence de Quimper et de collectionneurs privés ont été présentées ici toiles, dessins, sculptures, pièces de faïence, toutes évoquant ou dédiées aux choses, aux créatures, aux « gens de mer ».

Pour en savoir plus sur 2010 : Mathurin Méheut, ses oeuvres maritimes, les gents de mer, ses oeuvres méconnues.

Affiche exposition
Gens de mer – Oeuvres de Mathurin Méheut

Mathurin Méheut (1882 – 1958)

2009 – Le tour du monde par l’affiche 

A l’époque où les longs voyages maritimes étaient loin d’être seulement d’agrément luxueux,  et la concurrence aérienne, elle, sinon inexistante, du moins  encore supportable,  les grandes compagnies de navigation jugeaient néanmoins utile, voire nécessaire, de vanter les qualités et les charmes de leurs prestations respectives sur les destinations du globe qu’elles se partageaient. Cette démarche publicitaire s’est exprimée essentiellement par l’édition d’affiches, véritables œuvres d’art, très souvent signées de peintres ou de graphistes déjà renommés. Avec la complicité de l’association French Lines du Havre, l’AAMM en a rassemblé une riche et rare collection.

Affiche exposition
Le tour du monde par l’affiche

Affiche de la Compagnie Générale Transatlantique

2008 – Un siècles d’images autour du port

Passée l’apogée du temps d’Islande, dès la première décennie du siècle écoulé l’aventure amorce un déclin que le conflit mondial viendra irrémédiablement précipiter. Les belles goélettes  ne reviendront plus.  Mais, dans la somnolence qui s’ensuit, et jusqu’à sa conversion à la plaisance, le port de Paimpol en garde des traces : cabotage, savoir-faire en construction et maintenance navales, enseignement maritime, conception de l’entreprise, du commerce, d’une vie communautaire dans un esprit et une ambiance, que le photographe Yvonnig a su capter à travers ses oeuvres et retrouver dans sa collection personnelle de photographies anciennes. On en a fait un livre.

Affiche exposition
Un siècles d’images autour du port

Bouées roses et perches des marques de casiers

Photo Yvonnig

2007 – Cap horn – Cap dur « Lettres Océanes »

Notre port de Paimpol n’a évidemment pas connu ces impressionnants grands voiliers, cathédrales des océans, gloire de la Marine Marchande, qui ont servi celle-ci sur toutes les mers du globe à la fin du XIXème et au début du XXème siècle. Mais notre région a fourni une très grande partie de leurs valeureux équipages, capitaines, officiers et marins. C’est en leur honneur que l’AAMM s’est jointe à Brigitte et Yvonnick Le Coat pour présenter leur riche et passionnante exposition évoquant une autre dure « épopée ».

Affiche exposition
Cap horn – Cap dur « Lettres Océanes »

Le Cap Horn, la  »Bête Noire »

2006 – Entre terre et mer – Quartier maritime de Paimpol

Se rapprochant de l’actualité maritime de la région paimpolaise, de son « Quartier maritime » en somme, cette exposition a rassemblé œuvres artistiques, iconographie,  objets, documents, représentatifs de tout un monde aux activités aussi diverses et variées qu’étroitement liées. Pour cette réalisation, administrations, services et entreprises nous ont aimablement ouvert les portes de leurs domaines respectifs et procuré de quoi en donner pédagogiquement une idée : Affaires Maritime, Phares et Balises, Comité local des Pêches, Société Nationale de Sauvetage en Mer, Ostréiculture, Industrie des algues et engrais marin… Évocations didactiques pour un aperçu de cet espace littoral et de ce qui s’y passe.

Affiche exposition
Entre terre et mer

Bateau de sauvetage SNSM

2005 – Femmes de la côte – Jean Georges Cornélius

Le choix de ce thème s’est fait en hommage à toutes les femmes de chez nous, qui, en tant que  mères, épouses, filles…, ou veuves , ont vécu ou vivent ce statut particulier de femme de marin, quand les longues absences – parfois définitives – du mari, du père,  d’un fils…, faisaient d’elles les vrais chefs de famille. Condition pas facile à assumer aujourd’hui encore, et qui, bien qu’adoucie, leur fait dire parfois  que la meilleure préparation à cette vocation singulière  est, sans doute, nées dans ce milieu, d’appartenir à une réelle  confrérie  de  « femmes de la côte ». L’on imagine bien que l’illustration de ce thème ait pu nourrir des expressions artistiques fortes comme les œuvres du peintre Jean-Georges Cornélius, avec celles de Frédéric Levé,  Bizette-Lindet, Alphonse Hanne, Joseph-Marie Le Guluche ici+ rassemblées dans cet esprit.

Affiche exposition
Femmes de la côte – Jean Georges Cornélius (1880 – 1963)

Céramique de l’Isle-Adam

2004 – Dans le sillage du « Pourquoi-pas ?» – Pour comprendre les mer

« Pointe d’Akranes, 5h15, 16 septembre 1936. Disloqué par les écueils au cours de sa mission d’exploration des côtes du Groenland, le Pourquoi-pas?sombre dans les eaux furieuses et glacées. Côte à côte sur la passerelle, Jean-Baptiste Charcot, océanographe, et le commandant Joseph Guillaume Le Conniat, un homme de chez nous. Ils disparaissent ensemble avec 38 hommes d’équipage.
[…] Depuis quatre ans, par deux fois, des Paimpolais sont allés la-haut, sur les traces du Pourquoi-pas ? […] La goélette Belle Poule nous ramenait aussi la coupée pieusement conservée par la mémoire islandaise.
Ces liens enchevêtrés et toujours renouvelés ont conduit les Amis du Musée de la Mer à nous faire vivre avec la passion qui les habite et la compétence que nous leur connaissons, l’histoire de ceux qui, parfois au péril de leur vie, explorent des eaux inhospitalières pour le progrès de la connaissance et pour la sécurité des marins.
De Jean Charcot au SHOM et à l’Ifremer, l’océanographie va vivre à Paimpol quelques mois somptueux pour notre plus grand plaisir ».

Jacques Saleun, Maire de Paimpol.

Affiche exposition
Dans le sillage du « Pourquoi-pas ?» – Pour comprendre les mers

Docteur Charcot (1867 – 1936) et sa mouette Rita

2003 – Un demi-siècle de Marine Marchande, Regards…

Pour tout, il y a ce qui est et ce qui a été. Il en est donc ainsi, aussi, pour la Marine Marchande française. Oubliant les vicissitudes antérieures de sa longue histoire, pour cette exposition temporaire 2003, l’AAMM n’a délibérément retenu que la seconde moitié du siècle qui vient de s’achever. Période évidemment marquée par la séquence des « trente glorieuses ». Deux raisons à ce choix : Paimpol et sa région sont profondément et de longue date imprégnée de cette activité maritime qui en a durablement marqué le tissu social. En outre, il était plus aisé de s’en tenir à une période récente et plutôt globalement heureuse. Quand on évoque ce sujet, s’impose surtout les images de nombreux grands (et beaux ! il y en a eu), navires de commerce et des lointains pays dont ils touchaient les ports. Soit, pour les navires et leurs destinations, mais les hommes ?… Officiers et marins : sauf de bien rares souvenirs et témoignages personnels, pas évident d’en faire de la matière « muséale ». C’est en pensant à eux, pour leur rendre hommage qu’a été réalisée cette exposition, avec le concours de l’association French Lines du Havre, de la Cie Louis Dreyfus, des Anciens de La Caennaise et quelques amis Paimpolais

Affiche exposition
Un demi-siècle de Marine Marchande, Regards…

Le Normandie, le Liberté, le Flandre et le France